Bertrand Groisard

Formé initialement en anthropologie, puis en cinéma, Bertrand Groisard suit les cours de Jean Rouch lors de son cursus universitaire et obtient une maîtrise en cinéma ethnologique.

 

Dès la fin de ses études, il travaille sur ses premiers courts-métrages en 16mm, et sur des mises en scène et réalisations pour France Inter et France Culture, partant du réel jusqu’aux frontières de la fiction.

 

Dans les années 90, il part pour le Canada et travaille pendant quinze ans à l’ONF (Office Nationale du Film) en tant que chargé de réalisation. C’est au Québec qu’il rencontre Jérôme Bouvet qui lui propose d’intégrer la compagnie qu’il vient juste de fonder : il entame ainsi un compagnonnage fructueux avec 2Rien Merci qui le conduit à écrire pour les créations de la compagnie « Gramoulinophone » et « Moulinoscope » et à la mettre en image.

 

Parallèlement, il participe de 1999 à 2006 à la création des premiers Kino Kabarets, laboratoires ponctuels où se retrouvent pour créer sans contrainte cinéastes, comédiens, musiciens et autres artisans du cinéma, au Cinéma Excentris à Montréal.

 

De retour en France en 2009, Bertrand Groisard poursuit ses recherches autour des notions de déracinement, d’identité et de la mémoire. La mémoire comme souvenir, mais aussi comme moyen de créer des liens, des relations entre les faits, qu’il aime à faire transparaître dans ses œuvres. Ces liens, il les traite dans une démarche anthropologique et sensible, dans sa série de portraits d’habitants « Zozios », commencée à Paris en 2010, puis sur différentes scènes nationales en France, dont Le Channel à Calais et Pronomade(s) en Haute-Garonne ainsi qu’en Suisse .

 

Il rejoint en 2012 le Collectif de La Meute pour développer le projet de La Bulle et réaliser une série de films « Zozios » à Douarnenez et Pont-L’abbé.